Des documents sur l’Histoire en image : des exemples de questionnements, propositions, réponses à travers des fonds de la bibliothèque de l’IHTP

Jean-Pierre Bertin-Maghit, Le cinéma sous l’Occupation (Olivier Orban, 1989) –
[Cote IHTP : R.3969]

La mise en image de l’Histoire, hier ou aujourd’hui, donne toujours matière à réflexion, comme peuvent en rendre compte des documents, issus des fonds de la bibliothèque de l’IHTP, proposant plusieurs types de réponses, en même temps qu’ils interrogent, proposent, orientent. C’est ce qui ressort de ces documents de différentes natures, produits pendant la Deuxième Guerre mondiale et au cours des décennies suivantes – des années 1960 aux années 2000 – et portant sur les combats, l’occupation, la Résistance, la Déportation, le retour des camps : numéro spécial de revue ; brochures sur un projet de film documentaire ; programmes de festivals de cinéma ; catalogues d’actualités cinématographiques.

Des documents de ce type, visant de larges publics, destinés notamment aux enseignants et élèves, et aux chercheurs, se montrent construits dans différentes perspectives : pédagogique (choix de films à montrer à l’école), méthodologique (démarches pour relater des faits ou rendre compte de l’engagement de personnalités), didactique (dans le but d’apprendre, de former, d’instruire les citoyens) ; expriment des préoccupations de transmission (passage d’une génération aux autres) ; prennent une valeur d’héritage (partage d’un temps non vécu, mais à intégrer à sa propre histoire) ; rendent possible un travail de mémoire (contribution à une histoire commune à partager).

Les différentes sources se croisent et, dans les programmes de cinéma, certains titres se retrouvent d’un document à un autre, d’une période aux suivantes, constituant un corpus de films relativement incontournables et considérés comme des « classiques » : La Bataille du rail, de René Clément, 1946 ; Nuit et Brouillard, d’Alain Resnais, 1955 ; Un condamné à mort s’est échappé, de Robert Bresson, 1956 ; etc. Ainsi associés, les films tendent à constituer un patrimoine archivistique, dont des documents font une étude critique, notamment lors de diffusion, manifestation, etc.

Un numéro de revue

Un « Numéro spécial » de Ciné-jeunes. Revue du cinéma pour la jeunesse, « La Deuxième Guerre mondiale (De la Montée des Périls aux dernières convulsions) », n° 39, 3ème trimestre 1964 [cote IHTP : RV 1332], donne l’exemple d’une approche critique des films de fiction sur le conflit de 1939-1945. Réalisée sous la direction de Henry Michel, cette publication, s’adressant, est-il précisé, aux « éducateurs » ainsi qu’à « l’historien », commence par proposer un mode d’usage du numéro et fournit des références de films, classés par thèmes – « L’Occupation », « Les Prisonniers », « La Déportation », « La Résistance », etc. – tout en donnant des orientations, prescriptions, recommandations, pointant les qualités comme les limites de la représentation de l’Histoire dans les différents types de films retenus.

D’autres thèmes plus généraux sont également relevés, et toujours objets de débats, comme l’importance du cinéma dans la représentation et la connaissance du monde d’hier et d’aujourd’hui, la disponibilité des sources, le statut du film de fiction pour l’Histoire, etc.

Des films de fiction et, en moins grand nombre, de documentaires (des productions françaises en majorité, ainsi que de divers de pays) sont proposés avec illustrations et analyses, et recommandations pratiques. Il est fait état de l’importance de l’image, considérée même parfois comme supérieure à l’écrit ; de sa valeur démonstrative et historique autant que de ses dangers, comme le caractère commercial des films ; ou bien des œuvres personnelles, à retenir, tout en ayant un côté « miroir déformant ».

Tout en étant catégorisés (par exemple en « tentatives de reconstitution » ou « non classables »), sont cités des films à grand spectacle, Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957), comme des réalisations devenues des films de référence, L’Enclos (Armand Gatti, 1961), La Rose et le réséda (Henri Michel, 1946), Nuit et brouillard (Alain Resnais, 1955), Kanal (Andrzej Wajda, 1957), etc.

Des brochures

Des documents, sans indication d’auteur ou d’éditeur, datant de 2001, portent sur une réalisation de documentaire à la télévision, le portrait du Résistant Pierre Brossolette. Des remarques méthodologiques, des observations sur l’utilisation de l’audiovisuel, ses potentialités et ses limites, constituent le corps de ces documents, avec recommandations et mises en garde.

« Pierre Brossolette face à l’Histoire » [cote IHTP : RF. 871 (1)]

“Pierre Brossolette face à l’Histoire” –
Couverture de la brochure

 

Des « Questions thématiques » portent sur la manière de traiter l’Histoire, par l’écrit et par l’image. Le document fait état des différentes phases de conceptions de l’histoire de Pierre Brossolette et de celle de la Résistance depuis 1944 (notamment en termes de mémoire), proposent des articles de réflexion inspirés de textes d’historiens publiés au milieu des années 1990. Il est fait état par exemple de « L’historiographie de Pierre Brossolette » (le récit d’une vie et d’un engagement) et de « L’historisation de la Résistance » (les différentes phases d’entrée de la Résistance dans l’Histoire), avant de finir par un questionnement sur, est-il dit, la « rigueur » nécessaire pour parler de la Résistance, notamment en associant et confrontant témoignages et archives, et, avec l’audiovisuel, en faisant appel à des cartes et organigrammes et à leur animation, afin de rendre compte des temporalités.

Des illustrations (photographies et affiches) sur la Résistance et l’Occupation visent à présenter l’un et l’autre camps en quelques grandes lignes. De même, des affiches, notamment « sur le front de la propagande », sont commentées de manière à rendre compte des méthodes de persuasion du régime de Vichy et de leur réception dans l’opinion. Ainsi réunis, ces documents forment un ensemble pouvant servir de repère pour l’écriture ou la réalisation d’un travail historique.

« Pourquoi un 52 minutes sur Pierre Brossolette ? » Les grandes figures de la Résistance, numéro 1 [cote IHTP : RF. 871 (2)].

Le film correspondant, [cf. fiche Inathèque] Pierre Brossolette, résistant, a été réalisé pour la télévision par Etienne Goldet, avec la participation de Robert Frank (première diffusion le dimanche 5 janvier 2003, sur France 5, en milieu d’après-midi, dans le programme « Les repères de l’Histoire »).

A ce « Pourquoi », il est d’abord indiqué qu’il s’agit d’une première réalisation audiovisuelle consacrée à Pierre Brossolette, personnalité essentielle dans la Résistance, et pourtant peu connue. Faire le récit de sa vie (avec ses engagements militants, ses convictions…)  ouvre aussi sur la possibilité de présenter d’autres personnalités et d’aborder des sujets généraux sur la vie dans la clandestinité, l’état d’esprit de l’époque aussi bien que l’actualité de la Résistance, etc.

“Pourquoi un 52 minutes sur Pierre Brossolette ?” – Extrait de la première page

 

Le document se fait prescripteur, insistant (par des caractères en gras) sur la finalité du documentaire (en termes de savoir et de partage auprès du grand public).

« La forme », sujet traité sur une double page grand format sur fond d’images de l’occupation, décrit les démarches qu’il est prévu d’effectuer pour réaliser le documentaire, et donne le plan du film, les étapes et caractères marquants de la vie de Pierre Brossolette, en indiquant la durée consacrée à chacun des thèmes (d’une à six minutes pour chacun). Il est précisé que ce travail fait appel à des historiens, et s’appuie sur toute sorte de documents (venant de musées et d’archives publiques ; composé de cartes et d’un d’organigramme, aussi bien que d’extraits de fiction en l’absence d’autres sources).

La réflexion sur la méthode de travail se poursuit par « Quelques questions de fond et de forme », relativement à la biographie, aux places respectives des archives et des témoignages, etc., ainsi qu’à des problématiques spécifiques, comme les rapports entre Pierre Brossolette et Jean Moulin.

Enfin, dans l’une et l’autre brochures, se retrouve un propos similaire, qui résume les tensions et enjeux produits par la recherche historique et par l’utilisation de l’image :

« L’historien doit donc tout à la fois être un “sauve-mémoire” et un “trouble-mémoire”. » (« Pierre Brossolette face à l’Histoire », p. 15).

« L’audiovisuel est un excellent “sauve-mémoire”, il doit aussi être un “trouble-mémoire”. » (« Pourquoi un 52 minutes sur Pierre Brossolette ? », dernière page).

Des catalogues de festivals de cinéma

Deux faces du conflit donnent lieu à ces manifestations : la Résistance intérieure ; la Déportation. Ces thèmes traités par la fiction, et dans une moindre mesure par des documentaires, sont l’occasion de tirer des « leçons », des points de vue historique et cinématographique.

1938-1944. Les écrans français de Munich à la Libération” – Photo : “Rue du Maréchal Pétain, débaptisée après la guerre”

1938-1944. Les écrans des Français de Munich à la Libération, Centre d’action culturelle de Montreuil, 18-29 octobre 1982 [cote IHTP : GF 821].

La manifestation met en relation les productions de cette période, dans les cinématographies française, nord-américaine, soviétique, de l’Allemagne nazie, de l’Italie fasciste, parmi lesquelles Le Corbeau, Les Visiteurs du soir. Le Dictateur, Citizen Kane. Ivan le Terrible. Le Triomphe de la volonté. La Couronne de fer. Etc.

Les organisateurs et spécialistes (historiens, critiques, témoins, etc.) font état de ces programmations, qui se révèlent pertinentes et instructives, car permettant de mettre à jour convergences et divergences entre les genres et sources d’inspiration. C’est ainsi que distraction, divertissement, mélodrame, merveilleux et historique se retrouvent chez les uns et les autres, souvent inspirés par Hollywood (même chez les pays ennemis), les réalisations étant souvent marquées par l’ambiguïté. Bien sûr, le cinéma de propagande existe aussi, mais quantitativement faible de façon plus ou moins prononcée, avec succès pour quelques films. De même, intervient la censure politique, mais plus encore celle des mœurs, tandis que durant cette période, s’amorce un renouveau esthétique, relatif (France) ou prononcé (Italie). Enfin, une Résistance se fait jour également chez les cinéastes, par contournement plus ou moins élaboré des idéologies en vigueur.

“Festival du film sur la Résistance” – Couverture du catalogue

– Festival du film sur la Résistance. Le cinéma de ceux qui ont su dire non. Mémoire et espoirs de la Résistance, Forum des images, Vidéothèque de Paris, 27-29 novembre 1998 [cote IHTP : R. 5212 BRO].

Premier festival de cette nature, cette manifestation vise à défendre et faire partager des idées et des valeurs communes : force de l’engagement ; nécessité de transmission ; confrontation des films avec des acteurs et spectateurs d’hier et d’aujourd’hui.

Une rencontre de ce type propose également un ensemble d’interrogations sur la représentation cinématographique de l’histoire de la Résistance, histoire réexaminée au fil des décennies, comme l’exprime la diversité des images qui en sont données et des enjeux politiques associés, avec des films tels La Bataille du Rail, de René Clément (1945), Jericho, d’Henri Calef (1945), Un condamné à mort s’est échappé, de Robert Bresson (1957), L’Armée des ombres, de Jean-Pierre Melville (1969), etc.

La manifestation a fait aussi appel à des « témoins » – résistants, militaires, chercheurs, professionnels du cinéma, historiens – pour introduire au débat avec le public, personnalités présentées dans le catalogue, dans lequel sont également cités des propos des réalisateurs, des extraits de critiques et de témoignages de résistants.

Les yeux grand ouverts. Rencontres cinématographiques. Regards sur la Déportation, 8-11 mars 2002, Cinémas du Palais à Créteil et Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris [cote IHTP : DF 1241].

Le programme, proposé par des associations de Résistants et de Déportés, présente des films de fiction et des documentaires, produits pour le cinéma ou la télévision. Il se compose de projections, débats et rencontres, en présence de réalisateurs et autres professionnels du cinéma, de journalistes, d’historiens et autres chercheurs, et de victimes de la Déportation.

“Les yeux grand ouverts” – Invitation aux “Rencontres cinématographiques”

Une variété de réalisations, connues ou peu diffusées, donnent une idée des manières très diverses de traiter de la Déportation par l’image, exemples de Marie-Claude Vaillant-Couturier (1966) de Franck Cassenti, La Passagère, d’Andrzej Munk (1961-1963), Le Grand voyage, de Jean Prat (1969), Un vivant qui passe (1997) et Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures (2001) de Claude Lanzmann, etc.

La manifestation répond, écrivent ses organisateurs, à la nécessité de faire connaître l’histoire de la Déportation, dont celle des femmes en particulier, réfléchit aux relations, constant objet de débat, entre histoire mémoire et aborde la thématique très sensible et toujours d’actualité du représentable.

Un ensemble de catalogues d’archives

Un ensemble de références, formant un très large corpus, est fourni par les publications de La Cinémathèque de l’ORTF : archives provenant des actualités françaises, en 3 tomes :

1. La guerre 39-45 : août 1940-août 1944 [Cote IHTP :902.16 2GM 117 (1) Usuel]. Durant cette période, l’information la plus fréquente (comme on peut le constater en parcourant le volume), porte, avec la guerre, sur les sports.

“La Cinémathèque de l’ORTF – 1 – La Guerre 39-45” – Couverture du catalogue et photo de la page 99

2. Gouvernement provisoire et IVe république : août 1944-octobre 1958 [Cote IHTP :902.16 2GM 117 (2) Usuel].

3. La Ve république : octobre 1958-juin 1969 [Cote IHTP :902.16 2GM 117 (3) Usuel].

Les ouvrages sont composés de listes chronologiques et d’index thématiques, un « essai de classement alphabétique » terminant le premier tome.

Acquises par la cinémathèque l’ORTF – et répertoriées depuis par l’Inathèque – les actualités, appelées « Journal » jusqu’en août 1944 et diffusées à un rythme hebdomadaire, sont classées selon différentes entrées : par pays en 1940, puis par sujet traité et pays à partir de 1941. Sont présentées en grandes rubriques, les « actualités mondiales » ou « France actualités », les sujets étant les plus divers, comme, dans le tome 1, « de pâques fleuries à pâques closes » (sur les enfants de prisonniers ayant eu leurs œufs de Pâques, « Journal n° 89, 10 avril 1942, p. 56) ; « l’humour belge à Paris » (Journal n° 96, 29 mai 1942, p. 59) ; « la guerre » ; « votre coiffure madame » (« Journal n° 100, 26 juin 1942 », p. 61) ; « Invasion anglo-américaine de la Normandie » [seul sujet du « Journal n° 26, 23 juin 1944 », p. 121], jusqu’au dernier numéro du 4 août 1944  [« Journal 31b »], parlant de méthodes d’enseignement, de messe, de ravitaillement, d’exposition… Durant toute cette période, outre la guerre, le sujet le plus fréquent (constaté en feuilletant le document) est le suivant : « les sports ».

Les décennies suivantes, dans les deux autres tomes, classent les sujets traités par les Actualités en « conjuguant l’ordre chronologique et l’ordre analytique (…) réalisé à partir de l’intitulé des films. » (Tome 2, p. 3). Dix thèmes sont retenus, de « France » à « Faits divers » en passant par « Personnalités et figures », « Conflits et guerres », « Agriculture », etc.

On peut rappeler que les actualités filmées de la guerre ont fait l’objet d’étude par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, comme on l’avait constaté dans un précédent billet, Un fichier de réalisations audiovisuelles. On avait en effet signalé que dans le Bulletin du Comité (cote IHTP : RV409) numéro 140 (mars 1965) était indiqué le dépouillement des commentaires des « Actualités françaises » (p. 3) ; étaient mentionnés (p. 7) des « Travaux en cours », sur les actualités françaises de janvier 1941 à août 1942. Dans le numéro 163 (mai 1967, p. 2), le Comité faisait état de documents filmés (films de fiction, Actualités françaises, cinémathèque de la télévision, etc.), parmi lesquels étaient comptées « 85 fiches tirées des Actualités françaises » et « 70 fiches provenant de la cinémathèque de la Télévision ». Il semble que ces documents aient donné lieu à la constitution de corpus, puisqu’est signalé un fichier de personnalités de la Deuxième Guerre mondiale, classées par pays, à part, « en raison de la diversité des sujets de film » (99 fiches), fichier apparemment constitué d’après les fonds de la cinémathèque de la télévision.

Les documents étudiés – relatifs aux fictions, documentaires, actualités – forment un ensemble de sources et de ressources disponibles, servant à écrire l’histoire et à s’interroger sur l’historiographie. L’originalité de ces fonds est à découvrir ou redécouvrir et, de natures diverses mais présentant une homogénéité et une  cohérence de thèmes, est de nature retenir l’attention du spécialiste ou de l’amateur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.