L’apport de la cartographie dans le cadre de la recherche du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP “La guerre froide vue d’en bas” France 1947-1967

L’Institut d’histoire du temps présent a mobilisé en 2008 son réseau de correspondants départementaux pour lancer une enquête ” La Guerre froide vue d’en bas “. Cette recherche que j’anime et coordonne à l’IHTP bénéficie de la direction scientifique de Philippe Buton, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims, et de Michel Hastings, Professeur de Science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille.

L’IHTP, doté d’une équipe d’une cinquantaine de correspondants  (dont plus des 4/5ème en province) est actuellement  le seul organisme de recherche à même de mener à bien un tel projet. Unique en son genre dans la recherche historique française, ce réseau est l’héritier de celui mis en place en 1944 par la Commission d’Histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, réactivé par l’IHTP depuis 1978 (pour une histoire du réseau  se reporter à l’article de Denis Peschanski Une modalité de la recherche collective en histoire du très contemporain  (2005)).

Cette recherche a reçu le soutien du ministère de l’Education Nationale qui attribue un quota d’heures supplémentaires pour les enseignants du secondaire en activité qui constituent une part importante du réseau des correspondants ; elle a également reçu l’aval en 2009 de Madame la Directrice des Archives de France, qui, par lettre circulaire, demande à tous les responsables d’archives départementales et locales de faciliter aux correspondants de l’IHTP l’accession aux documents, en particulier à ceux encore soumis à demande de dérogation. Cette collaboration approfondie avec les Archives Nationales s’est  concrétisée en 2011 par  de nombreuses interventions des membres du réseau de l’IHTP aux journées d’études du 3 au 5 mars « La société française dans la Guerre froide », journées organisées par les Archives nationales et l’IHTP. Enfin  dès 2009, par lettre de son Directeur général, « L’Assemblée des Départements de France » nous apporté son soutien  et en a informé l’ensemble de ses membres.

Haute-Vienne, exercice DIT Aquitaine, 1957

Dès le début de la recherche il a été demandé aux correspondants  de réfléchir à la possibilité de constituer un cahier cartographique de  « la Guerre Froide vue d’en bas ». Les correspondants qui ont pris en charge les synthèses en lien avec l’axe « Politique municipale »  (toponymie urbaine, jumelages des villes) ont été les premiers à proposer des cartes montrant des liens existant entre ces indicateurs et des marqueurs géo-politiques ou historiques au niveau local.  Au fil des recherches, des responsables de synthèses ont proposé des séries de cartes permettant d’illustrer très concrètement  deux aspects de « la Guerre Froide vue d’en bas » : le maintien de l’ordre et la sécurité intérieure ,  en particulier sur les manœuvres et exercices contre une éventuelle guerre insurrectionnelle et/ou une attaque extérieure du territoire métropolitain (la Défense Intérieur du Territoire),

À titre d’exemple, dans le cadre de la synthèse sur la défense du territoire, à laquelle je participe avec Annie Martin (correspondante pour la Haute-Vienne) un ensemble de cartes départementales  permettant d’illustrer ces exercices de «  Défense Intérieure du Territoire » (DIT), a été élaboré. Pour illustrer ces propos qui peuvent paraître un peu abstraits, il peut être intéressant d’étudier en détail l’un de ces exercices et sa planification. C’est dans  cette dernière en effet que la guerre « imaginaire » devient « concrète », s’incarne dans un récit de conjoncture  qui mobilise les représentations, les mémoires, la culture des cadres militaires et civils qui dans les années 1950, sont, au fond, tous d’anciens combattants  de la guerre précédente.

La cartographie  par départements de ces événements « imaginaires » est riche d’enseignements et la mise en relation avec les cartes départementales de la Résistance et de la Souffrance  n’est pas sans intérêt. Ainsi, en France, dans le cadre d’une guerre subversive hypothétique, « l’ennemi », intérieur ou infiltré, et extérieur, comme les éléments en charge de la défense du territoire font, dans les années 1950, jouer à la forêt et aux zones de maquis,  le même rôle que lors de la dernière guerre, avec cette différence que la forêt devient le lieu de refuge de l’agresseur et non plus le lieu  dédié aux forces  de l’intérieur combattant pour la  « Libération du territoire national ». Ce phénomène demeure une constante jusqu’au début des années 1960, et devient anecdotique dans les exercices de  « Défense Opérationnelle du Territoire » à partir de 1962.

La recherche « La guerre froide vue d’en bas » s’achèvera en 2013, avec un colloque en juin et la publication des synthèses et cartes ainsi qu’avec la création sur HAL-SHS d’une collection « Réseau des correspondants départementaux de l’IHTP » qui sera alimentée par les travaux des correspondants.

 

OLIVIER BÜTTNER

Responsable de la coordination scientifique du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP

Olivier Buttner

Ingénieur de recherche CNRS affecté à l’IHTP responsable de l’animation et de la coordination scientifique du réseau des correspondants départementaux.

More Posts


Olivier Buttner

Ingénieur de recherche CNRS affecté à l’IHTP responsable de l’animation et de la coordination scientifique du réseau des correspondants départementaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.