Les cartes de la Résistance et de la Souffrance

Les 63 « cartes de la Résistance » et les 77 « cartes de la Souffrance » numérisées et présentées pour la première fois en ligne constituent l’une des réalisations les plus originales entreprises par le Comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale, créé en 1951, et dont l’essentiel de l’héritage a été dévolu en 1980 à l’Institut d’histoire du temps présent, créé deux ans plus tôt. Les premières datent du début des années 1960 mais la plupart ont été élaborées dans les années 1970-1980 par les correspondants départementaux du CHGM, puis de l’IHTP. C’est une autre grande originalité de ces deux organismes qui a permis, très tôt, d’aborder l’histoire de l’Occupation dans toute sa diversité locale et régionale. Le principe de ces cartes s’inscrit dans le désir de synthétiser de façon la plus visible possible toutes les informations recueillies, département par département, d’une part, sur les actions de résistance de toute nature : parachutages et transport d’armes, présence de maquis, sabotages et attentats, combats et escarmouches, d’autre part, sur la répression et le persécution menée sous toutes ses formes par les forces allemandes et celles de Vichy : arrestations, rafles, déportations, exécutions.

Ces cartes prolongent les grandes enquêtes collectives et les travaux individuels, souvent menés de concert sous l’égide du CHGM et d’Henri Michel qui en a été le seul dirigeant durant près de trente ans. L’un des objectifs est alors la volonté de recenser de manière exhaustive, à l’échelon de la France toute entière, tous les actes entrant dans la conception que se font ces historiens du fait résistant. Le projet s’inscrit dans une approche très factuelle de l’histoire, avec d’ailleurs le soutien constant de Lucien Febvre, pourtant principal contempteur de cette forme d’historiographie dite « événementielle ». Son ambition est d’autant plus remarquable avec le recul qu’elle n’a pas pu bénéficier des facilités de la numérisation qui viendront bien plus tard, et même trop tard, et que la réalisation a nécessité un travail de fourmi qui n’a pu être conduit que grâce au dévouement des correspondants. Lors de la création de l’IHTP, on a ainsi retrouvé les traces du matériau qui devait servir à élaborer une « chronologie de la Résistance », présentée en octobre 1959 dans une livraison spéciale du Bulletin du CHGM, sous la forme de dizaines de fiches bristol couvrant l’ensemble du territoire et qui correspondent aux informations figurant sur les cartes présentées ici, ce projet n’ayant pas pu être mené jusqu’à son terme même.

Dans les années 1960-1970, un tel recensement minutieux, aux allures d’entreprise bénédictine, reflète une certaine vision des années d’occupation dans laquelle domine une approche essentiellement politique et militaire des différents types d’opposition et de réaction à l’occupation nazie et au régime de Vichy. Étudier la « Résistance » – concept générique invariablement doté de sa capitale et priorité historiographique –, c’était alors étudier surtout l’activité des mouvements et des réseaux, la concentration de maquisards ou des caches d’armes, la préparation de la libération du territoire, et un peu moins les formes de « résistance civile », les sauvetages, les protections, les refus. Cette conception de l’histoire n’était certes pas dénuée de considérations patriotiques et idéologiques – affirmer l’importance quantitative des actes de résistance en France métropolitaine –, mais le travail entrepris a été d’une telle qualité qu’il a résisté au temps et aux modes.

 Henry Rousso
Directeur de recherche au CNRS
Institut d’histoire du temps présent

Henry Rousso

Directeur de recherche au CNRS, coordinateur du Groupe de recherche européen The Network for Contemporary History (EURHISTXX)

More Posts - Website


Henry Rousso

Directeur de recherche au CNRS, coordinateur du Groupe de recherche européen The Network for Contemporary History (EURHISTXX)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.