Les collections sonores de l’IHTP sur la plateforme Cocoon

Historique des relations entre l’IHTP et Cocoon

Les premiers contacts entre l’IHTP et Cocoon (plateforme « Collections de corpus oraux numériques ») datent d’une enquête menée en 2011 par Cocoon auprès des laboratoires de sciences humaines et sociales pour recenser les corpus oraux « dormants » dans les armoires des chercheurs et des laboratoires. A ce moment, l’IHTP n’avait pas directement répondu à l’enquête mais avait identifié Cocoon comme un acteur potentiel dans le cas où le laboratoire se lancerait dans des opérations de numérisation, de sauvegarde ou de publication de ces enregistrements audio.

En effet, en 2013, envisageant la numérisation de ses archives sonores dans le cadre d’une convention avec la BnF, l’IHTP reprend contact avec Cocoon afin d’étudier les possibilités de diffusion des enregistrement en passe d’être numérisés. La plateforme Cocoon est en mesure de répondre aux attentes de l’IHTP en assurant des modalités d’accès à distance en mode Web tout en permettant de contrôler les accès par un système d’authentification (login / mot de passe), conformément aux termes de la convention entre l’IHTP et la BnF. Il est alors convenu d’articuler la numérisation et l’archivage pérenne des collections par la BnF et l’accès à l’IHTP aux enregistrements numérisés via Cocoon.

Présentation de la plateforme Cocoon

    Cocoon est une plateforme de gestion de corpus oraux numériques pour la communauté des sciences humaines et sociales. Cette plateforme est adossée à deux unités : l’UMR LACITO (Laboratoire de langues et civilisations à tradition orale) et l’UMR LLL (Laboratoire ligérien de linguistique). Cette dernière unité est elle-même une collaboration entre les institutions CNRS, les universités d’Orléans et de Tours et la BnF (le service des collections sonores au département audiovisuel). La plateforme est entièrement construite sur les services de la TGIR Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche pour les humanités numériques) dont elle utilise les offres d’hébergement, de stockage sécurisé et de pérennisation à long terme.

Le projet de l’IHTP a donc put être accueilli dans ce cadre et traité dans une collaboration très étroite entre les services concernés. Pour Cocoon, cela a été l’occasion d’élargir l’éventail de ses corpus à la communauté des historiens qui n’était pas encore représentée dans les collections gérées et de mettre au point des procédures d’échange avec la BnF (en termes de données pour en permettre un accès complémentaire mais aussi en termes de métadonnées car les modèles de description utilisés par la BnF et par Cocoon ne sont pas les mêmes).

Organisation du travail

Un premier travail préalable a été d’établir un tableau de correspondances entre les différents formalismes manipulés (EAD pour la BnF, OLAC/Dublin-Core pour Cocoon et MARC pour la bibliothèque de l’IHTP). Ce tableau nous a aidés à arbitrer le choix des meilleures expressions et répartitions des informations. Il a par exemple été choisi de conserver dans l’instrument de recherche en EAD le principe de mutualisation au plus haut niveau possible de l’indexation alors que ces mêmes informations devaient être répétées pour chaque enregistrement dans le catalogue de Cocoon et dans celui de la bibliothèque de l’IHTP. Des scripts ont été établis par Cocoon pour automatiser la conversion de l’EAD vers OLAC/Dublin-Core et la publication des données sur la plateforme.

Les données audio numérisées par un prestataire dans le cadre du marché de numérisation de la BnF ont suivi un cahier des charges strict qui définit une forme normalisée de haute qualité (format : WAV, encodage : PCM, échantillonnage : 96KHz, quantification : 24 bits, ce qui représente de l’ordre de 2 Giga octets par heure). A l’issue du projet le taux de rejet (bandes vierge ou illisibles) correspond approximativement à 5% des supports. Les données numérisées ont été récupérées par Cocoon qui en a dérivé des versions dégradées (au format MP3 avec un bitrate de 128K et au format WAV/PCM avec une fréquence d’échantillonnage dégradée à 22KHz et en mono) afin d’en faciliter une utilisation en mode Web. Cocoon permet ainsi de consulter soit la version master soit une des versions de consultation (qui sont beaucoup plus légères en volume et donc moins consommatrices de débit réseau).

Cocoon devait récupérer la description des supports effectuée par la BnF pour la mettre en regard des fichiers numérisés et confier cette consolidation à un prestataire de l’IHTP. Celui-ci avait pour mission d’alimenter le catalogue de la bibliothèque de l’IHTP avec ces informations. Les contraintes du projet en termes de planning nous ont conduits à devoir livrer à ce prestataire une description complète des collections alors même que les données n’étaient pas encore toutes revenues du prestataire de numérisation. Nous avons donc dû établir des notices sur la base des seules connaissances que l’on avait sur les supports et leur attribuer des fichiers audio vides en attente des livraisons effectives par le prestataire de numérisation. Ne sachant pas si un support donnerait naissance à un seul fichier, plusieurs fichiers (un par face) ou aucun fichier (bande illisible ou vierge), produire une notice par support représentait à ce moment du projet le meilleur compromis, c’est-à-dire celui qui permettait de minimiser le nombre d’interventions manuelles après la phase d’alimentation initiale du catalogue.

La numérisation et la mise en ligne des données rendent plus facilement accessibles et manipulables ces fonds d’archives. La description des fonds et des ressources qui les composent est présente dans les catalogues de chacune des institutions (IHTP, Cocoon et BnF) ainsi que dans les moteurs de recherches qui « moissonnent » Cocoon avec le protocole pour les archives ouvertes comme le fait par exemple le moteur de recherche Isidore (l’outil de signalement de la TGIR Huma-Num). Cette présence multiple sur la toile augmente ainsi la visibilité des fonds en élargissant les publics et en leur facilitant la recherche et la découverte des ressources. Les enregistrements sonores numériques, ne sont eux, accessibles que sur authentification avec un login et un mot de passe. Le seul utilisateur autorisé pour Cocoon est un compte attribué à l’IHTP, Cocoon déléguant à l’IHTP le contrôle des accès par les lecteurs sur un poste dédié à cet usage au sein de la bibliothèque du laboratoire.

 

Une opération de ce type a permis d’ajouter une nouvelle discipline à la plateforme, elle fournit un bel exemple de la manière dont une structure peut faire appel au dispositif Cocoon par un travail en commun d’institutions, de services et de personnels, pour diffuser, valoriser des collections sonores numériques.

 

Michel Jacobson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *