Un fichier de réalisations audiovisuelles : observations sur ses origines et sa composition

"Nuit et Brouillard", Argos Film. D. R.

« Nuit et Brouillard », Argos Film. D. R.

Parmi les fichiers manuels de la bibliothèque de l’IHTP hérités du Comité d’Histoire de la 2ème Guerre mondiale (CH2GM), figure un fichier de titres de productions cinématographiques et télévisuelles, des années 1940 au milieu des années 1960 (quelques références sont antérieures à 1940). Il rassemble des réalisations de toutes nationalités et de diverses natures : films sur la Deuxième guerre mondiale ; films sur les guerres en Asie ; émissions de télévision sur les périodes avant, pendant et après la guerre, dans différents pays concernés par le conflit, et portant sur les idéologies, les combats, la vie quotidienne, etc. Fictions et documentaires, courts et longs métrages, reportages, actualités, reconstitutions, films de montage, réalisations de cinéastes le plus souvent (parfois d’organismes spécialisés, comme, en France, le « Service cinématographique de l’armée », ou l’« Équipe Technique des Nations Unies »), composent cet ensemble de plusieurs centaines de fiches. Ce fichier fait partie de ceux élaborés par le CH2GM et qui ont été, pour tout ou partie, transmis à la bibliothèque de l’IHTP. Il constitue un référencement de sources existantes, sans collecte des fonds correspondants (on dirait aujourd’hui « base de données signalétique », sans accès aux documents).

Les origines de ce fichier se retrouvent dans les travaux du Comité, qui avait entrepris de réaliser un « Fichier systématique des sources de la deuxième Guerre mondiale », composé, entre autres, de « fiches audiovisuelles », nationales puis internationales, selon la vocation du Comité. Les organismes menant des recherches sur la Deuxième guerre mondiale faisaient également l’objet d’un recensement et d’un fichier, parmi lesquels les propriétaires de films ou détenteurs des droits dans les pays concernés, tels que musées, bibliothèques, cinémathèques. Le Bulletin du Comité d’Histoire de la 2ème Guerre mondiale (cote : RV 409) retrace les réflexions et cheminements de ces différents projets.

L’existence d’un fichier de ce type tient également aux thèmes d’étude du Comité : l’un d’eux portait sur la propagande, celle-ci passant par l’étude de techniques, radio, presse, film. La propagande (et la contre-propagande) fait alors l’objet, à partir de 1962, d’une étude à part, finissant par la création d’une « Commission d’histoire de la propagande » (structure elle-même issue d’une Commission d’histoire culturelle – qui s’attachait à la « vie intellectuelle des Français pendant l’occupation », et, en ce sens, ne semblait « pas adaptée à l’étude de la propagande », cf. Bulletin n° 130, avril 1964, p. 14-17).

Aussi le Comité a-t-il intégré, à côté des documents écrits – archives, livres, périodiques – et des images fixes – affiches, timbres – ce qu’il a désigné par « documents filmés ». Le fichier réunit, sous le terme générique de « sources », aussi bien des films tournés durant la seconde Guerre mondiale (comme les Actualités, françaises ou allemandes) que, beaucoup plus nombreux, des films tournés après le conflit et s’étalant sur une longue durée.

Le fichier est réalisé au cours des années 1960-1970. Dans le Bulletin, il est question d’« archives audiovisuelles » à partir de 1965, puis en 1967, les « documents filmés » font leur entrée dans les sources. Le Bulletin n° 163, de mai 1967 (p. 2) dresse un état des lieux des travaux sur ces « documents filmés » : nombre de fiches rédigées et thèmes traités, soit au total à cette date « 150 fiches de film » ; « 85 fiches tirées des Actualités françaises », sur différents sujets : « opérations militaires se déroulant en Europe et dans le Pacifique 1940-1944 », « Vie politique à Vichy (1942-1944) », « Ouvriers français en Allemagne (1941-1944) » ; « 70 fiches provenant de la cinémathèque de la Télévision » (sont mentionnées également « 99 fiches est concernant des personnalités de la 2ème Guerre mondiale » ; mais le fichier ne contient que quelques références).

Bulletin du CH2GM, n°186, 1970, extrait

« Bulletin du CH2GM », n°186, 1970, extrait

Ces productions audiovisuelles (comme les documents écrits ou sonores) font ainsi l’objet d’une fiche, synthétisant les informations : un modèle est mis au point dans ce but, étant précisé, dans le Bulletin, n°186, mars-avril 1970, que repérage, recueil et classement des données se sont révélés problématiques, notamment à cause de la dispersion de la documentation audiovisuelle. Les fiches présentent brièvement les films, avec également des indications ou des qualifications comme « reconstitution », ou bien « d’après des faits réels », ou encore « histoire romancée » ou « drame humain ». En outre, à ces informations fixées par le canevas, sont parfois ajoutées des annotations, en rouge, ou soulignées, comme « Sélectionné au festival de Cannes », ou « Présenté au festival de Moscou », ou les mentions de prix attribués, ou d’autres particularités.

Fiche document filmé, avec mention; fichier CH2GM, © IHTP-CNRS

Fiche document filmé, avec mention; fichier CH2GM, © IHTP-CNRS

Tel qu’il apparaît dans sa forme définitive, ce fichier regroupe en grande majorité des films américains, français, anglais, allemands, russes, italiens, de réalisateurs bien connus de l’histoire du cinéma, Roberto Rossellini, Fritz Lang, Jean Renoir, Billy Wilder, etc. A côté de ces productions, bien d’autres cinématographies sont présentes (souvent en très petit nombre) : finlandaise, polonaise, allemande de l’Est, tchécoslovaque, suisse, bulgare, danoise, yougoslave, japonaise, roumaine, grecque, israélienne, indonésienne… Il est à noter aussi la présence d’une fiche d’un film français relatif à la guerre d’Algérie. Une fiche a également été rédigée sur Nuit et Brouillard, une œuvre du Comité, dont il est question à plusieurs reprises dans le Bulletin.

Fiche "Nuit et Brouillard", Fichier CH2GM, ©IHTP-CNRS

Fiche « Nuit et Brouillard », Fichier CH2GM, ©IHTP-CNRS

Enfin, le fichier comporte également de nombreuses émissions de l’ORTF relatives à la situation contemporaine.

Exemple de fiche de la cinémathèque de l'ORTF, sur Ste-Mère-L'Eglise, Fichier CH2GM, ©IHTP-CNRS

Exemple de fiche de la cinémathèque de l’ORTF, sur Ste-Mère-L’Eglise, Fichier CH2GM, ©IHTP-CNRS

Exemple de fiche de la cinémathèque de l'ORTF, sur la guerre au Vietnam, Fichier CH2GM, ©IHTP-CNRS

Ex. de fiche de la cinémathèque de l’ORTF, sur la guerre au Vietnam, Fichier CH2GM, ©IHTP-CNRS

Le corpus tel qu’il se présente dépend évidemment des sources disponibles et des possibilités de recueil d’informations par les agents concernés. Les comptes rendus dans le Bulletin font état, comme pour les autres documents, des informations arrivées au Comité, des pistes de recherche, des difficultés et des manques, etc.

Le compte rendu d’un colloque international « Le cinéma et la deuxième guerre mondiale : la Résistance » (en Italie, du 1er au 3 juin 1971) fournit également des informations sur la recherche de documents filmés. Dans le Bulletin de nouvelles du Comité international d’histoire de la 2ème Guerre mondiale (cote : RV 402), n° 6, juillet 1971 (p. 10-11), il est projeté de publier des catalogues, à partir d’une « fiche type » des organismes concernés, et d’une « fiche standard » des documents filmés.

Il est dit que, pour ces travaux, vont ensemble, d’une part, prospection, conservation, archivage et fichage des documents ; d’autre part, les modes d’utilisation du cinéma par les historiens. A ce sujet, il est précisé que « le travail de l’historien est conditionné par la possibilité de connaître les documents cinématographiques et d’y avoir accès, ainsi que par le degré de sa compétence technique dans ce domaine » (p. 10). Des exemples de « collaboration entre historiens et techniciens du cinéma » sont cités, Nuit et Brouillard et « une série d’émissions télévisées sur les Pays-Bas pendant la guerre », étant précisé que, « dans ces deux cas particuliers », les historiens « ont réussi à imposer une méthode historique dans le travail » (p. 11).

Les fiches réunies dans le fichier semblent contribuer à ces orientations, le fichier lui-même constituant un instrument de travail, sans que le Comité ou le laboratoire ne dispose de collections de films. L’ensemble des informations ainsi regroupées dans le fichier proposent nombre de références originales, et peuvent faire l’objet de notes complémentaires, tant sur la composition du corpus établi que sur les documents eux-mêmes.

Nicolas Schmidt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *