Entre histoire et mémoire: un espace de réflexion

Sur proposition de son directeur de thèse, Christian Delage, et après acceptation du directeur de l’IHTP, Christian Ingrao, Rémy Besson, effectuant alors un doctorat sur La mise en récit de Shoah de Claude Lanzmann, a travaillé quasi-quotidiennement pendant trois ans dans la salle des doctorants de la rue Pouchet. 

Assis pour la première fois à l’un des bureaux de la salle des doctorants de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, j’ai eu l’heureuse surprise de découvrir une grande étagère aux tablettes entièrement vides. Entre septembre 2008 et décembre 2011, celle-ci m’a servi à entreposer des ouvrages et des revues scientifiques que je possédais déjà, ainsi qu’un certain nombre de publications de la bibliothèque et de documents issus des archives. Le contrat était simple, à condition qu’ils ne sortent pas des locaux, les titres pouvaient être empruntés tant qu’un autre chercheur n’en faisait pas la demande. Dès lors, les nombreuses références disponibles portant aussi bien sur les rapports entre histoire et mémoire, que sur l’histoire du génocide des Juifs (dont notamment ceux collectés par les membres du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale) et enfin sur l’historiographie (entendue ici comme réflexion sur la discipline) ont constitué un support essentiel pour un doctorant travaillant sur le film de Claude Lanzmann, Shoah.

L’accès à l’ensemble de ces ressources est encore aujourd’hui favorisé par un catalogue en ligne et un ensemble de fiches cartonnées réalisées auparavant, ainsi que par les conseils experts des personnels de la bibliothèque et des archives de l’Institut. Ces échanges informels aussi bien que le travail de veille thématique réalisé par les membres de cette équipe sont précieux. La possibilité de déambuler librement devant les présentoirs sur lesquels sont exposés les derniers numéros des revues auxquelles l’Institut est abonné constitue également un élément favorisant de petites trouvailles qui peuvent s’avérer essentielles pour réorienter tel ou tel aspect d’un questionnement.

Pour la recherche que je menais, les principaux fonds d’archive se trouvaient aux Etats-Unis (principalement à Washington, mais aussi à Yale, à Burlington et à Stanford) et en Israël (fonds privé aussi bien qu’à Yad Vashem). Pour autant les ressources disponibles dans les archives m’ont permis d’approfondir le chapitre du doctorat portant sur la première réception de Shoah (1985-1987). Si les articles publiés dans la presse généraliste francophone sont le plus souvent disponibles en ligne (notamment sur Factiva) ou en microfilm (notamment à la Bibliothèque Publique d’Information) et que pour la presse cinéphile, la Cinémathèque française a constitué un dossier thématique relativement complet, c’est à l’IHTP que j’ai pu consulter librement (et sur un temps long) les originaux de ces publications (un dossier équivalent a été constitué à la Library of Congress pour la presse américaine). De même c’est à l’Institut que j’ai pu lire les publications négationnistes portant sur le film, ainsi que consulter plus largement le fonds portant sur ce thème.

Si les séminaires publics et internes et les réunions d’équipe, constituent quelques uns des attraits évidents d’un centre de recherche, la richesse d’une bibliothèque et d’un fonds d’archive, conservés et valorisés par une équipe dynamique est un atout essentiel. Travaillant actuellement en Amérique du nord dans un laboratoire tout autant dynamique, mais n’accueillant pas une telle structure, je me rends compte de l’importance d’une telle association. En effet, si la notion de lieu depuis lequel une recherche est menée s’entend le plus souvent dans un sens métaphorique, celui de l’appartenance à une école ou à un groupe,  en travaillant à l’IHTP j’ai aussi pu me rendre compte que ce concept avait une réalité très concrète.


Rémy Besson

Postdoctorant au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

More Posts - Website

Rémy Besson

Postdoctorant au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/04/2015

    […] Si les séminaires publics et internes et les réunions d’équipe, constituent quelques uns des attraits évidents d’un centre de recherche, la richesse d’une bibliothèque et d’un fonds d’archive, conservés et valorisés par une équipe dynamique est un atout essentiel. Travaillant actuellement en Amérique du nord dans un laboratoire tout autant dynamique, mais n’accueillant pas une telle structure, je me rends compte de l’importance d’une telle association. En effet, si la notion de lieu depuis lequel une recherche est menée s’entend le plus souvent dans un sens métaphorique, celui de l’appartenance à une école ou à un groupe,  en travaillant à l’IHTP j’ai aussi pu me rendre compte que ce concept avait une réalité très concrète. (lire ce qui vient avant cette conclusion). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *