Tianjin au temps des concessions étrangères sous l’objectif d’André Bontemps (1931-1935) : un récit visuel entre micro et macro-histoire

Ce billet s’inscrit dans le cadre de la réalisation en cours d’un « Dossier d’histoire du temps présent » pour l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) en collaboration avec la plateforme Virtual Tianjin, partie intégrante du projet « Virtual Cities » mis en place par l’Institut d’Asie orientale (IAO), et dont la publication est prévue pour l’année 2015.

Il consiste à analyser sous la forme d’un récit visuel un fonds photographique et filmique versé à l’IHTP en 2011 (Fonds Bontemps, cote IHTP ARC 3022 ) par le petit-fils d’André Bontemps (1888-1969), officier de justice militaire adjoint ayant vécu dans la Concession française de Tianjin de 1931 à 1935.

Cette brève présentation vise à apporter un premier éclairage sur le fonds visuel tout en offrant un regard introspectif et réflexif sur sa contribution historique ainsi que ses possibilités de valorisation.

 

Les coulisses d’une « rencontre »

En 2011, lorsque Jacques Lacomme, petit-fils d’André Bontemps, pressentant l’intérêt historique de ce fonds visuel, décida de transmettre à l’IHTP les photographies et films laissés par son grand-père, il était loin de se douter de sa valeur inestimable pour une jeune doctorante alors à peine engagée dans ses recherches de thèse. Cette même année, j’entamais en effet un doctorat d’histoire portant sur l’expansion territoriale des concessions étrangères en Chine à partir du cas d’étude de la Concession française de Tianjin et de son projet d’extension au quartier de Laoxikai de 1902 à 1946. J’ai par ailleurs créé un blog consacré à ces recherches de thèse en 2012.  Or, c’est justement dans la ville de Tianjin où il a résidé durant quatre années qu’André Bontemps a saisi la majeure partie de ses prises de vue.

Grâce à l’entremise de mon directeur de thèse Christian Henriot, j’ai eu l’immense privilège de me voir confier l’étude et la valorisation de ce fonds visuel exceptionnel. A l’IHTP, Anne Kerlan, chercheure spécialisée sur l’histoire culturelle et visuelle de la Chine, et directrice adjointe jusqu’en décembre 2013, et Anne-Marie Pathé, responsable alors des collections d’archives, m’ont chaleureusement accueillie et guidée dans les premières étapes de découverte et d’exploration du fonds.

André Bontemps n’a ensuite jamais cessé de m’accompagner, que ce soit dans les premiers tâtonnements de mon travail ou dans la poursuite de mes recherches à Tianjin où j’ai pu bénéficier sur place des éclairages de Liu Haiyan, spécialiste de l’histoire des concessions étrangères en Chine et de la ville de Tianjin.

Ma « rencontre » avec André Bontemps s’est enfin matérialisée à travers son petit-fils, Jacques Lacomme, qui a gentiment partagé des souvenirs et objets familiaux tout en me faisant découvrir la revue bimensuelle L’Ancre de Chine (cote IHTP RV 724) dont il a également versé à l’IHTP en 2014 les exemplaires complets ayant appartenu à son grand-père. Parue du 3 mars 1934 à Noël 1936, cette revue visait à renforcer les liens de solidarité entre les militaires par le biais de nouvelles mais aussi de chroniques invitant au voyage. Sa lecture permet ainsi d’apporter le complément écrit au récit visuel que nous offre le fonds d’André Bontemps. La mise en parallèle de ces deux types de sources s’avère de surcroît chronologiquement et spatialement possible puisqu’elles évoquent et décrivent toutes deux la Chine des années trente.

 

André Bontemps et son témoignage visuel

Le 15 janvier 1931, la famille Bontemps embarque à Marseille à bord du paquebot « Athos II » en direction de Tianjin. Officier de justice militaire adjoint depuis le 4 décembre 1928, André Bontemps a déjà connu plusieurs expatriations. De 1921 à 1925, il avait été affecté à la division d’occupation de Tunisie pour servir à la gestion des vivres puis au tribunal militaire de Constantine de 1928 à 1930 en tant que substitut du juge d’instruction militaire. Sa femme Thérèse, son fils Jean (né en 1918) et sa fille Jacqueline (née en 1922) l’accompagnent dans ses différents séjours à l’étranger.

 

André Bontemps. En ligne sur Virtual Tianjin ID-140_No-03  ;  Fonds Bontemps  IHTP  cote ARC 3002

 

Son épouse, Thérèse Bontemps,  et leurs deux enfants : Jacqueline et Jean Prochainement en ligne sur Virtual Tianjin : ID 31707 -  Cote IHTP  ARC 3022

Son épouse, Thérèse Bontemps, et leurs deux enfants : Jacqueline et Jean.  Prochainement en ligne sur Virtual Tianjin ID 31707 – Fonds Bontemps  IHTP cote  ARC 3022

 

De son arrivée à Tianjin le 26 février 1931 jusqu’à son départ le 29 juin 1935, la famille Bontemps réside dans la Concession française de Tianjin où André Bontemps exerce ses fonctions au tribunal militaire. Du voyage aller et de sa longue traversée en mer ponctuée de plusieurs escales aux derniers adieux d’une expatriation sur le point de s’achever, plus de 400 photographies et 24 films d’environ deux minutes chacun témoignent des découvertes et du quotidien de la famille.

L’ensemble visuel ne se contente cependant pas de dévoiler une sphère personnelle et intime. C’est aussi et surtout une grande part de la diversité de Tianjin qui se trouve capturée par l’objectif d’André Bontemps. On découvre une ville aux multiples identités avec une navigation permanente d’une concession étrangère à l’autre, la ville ne comptant plus à l’époque que quatre des neuf établissements « semi-coloniaux  » qu’elle a progressivement abrités depuis sa désignation comme port ouvert en 1860. Il s’agit de ceux administrés par la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et le Japon depuis la disparition des cinq autres intervenue au moment de l’intégration de la concession américaine dans la concession britannique en 1902, des rétrocessions allemande et austro-hongroise en 1917, russe en 1920 et belge en 1929.

 

Plan montrant la configuration de la ville dans les années 1930 (Plan réalisé à partir d’une carte datant de 1900 et appartenant à la collection du site Virtual Tianjin (ID 1464) : http://virtualtianjin.net/Maps/Collection?ID=1464)

Plan montrant la configuration de la ville dans les années 1930. Plan réalisé à partir d’une carte datant de 1900 et appartenant à la collection du site Virtual Tianjin ID 1464

 

Outre la vie des concessions, le fonds Bontemps permet d’entrevoir des lieux plus excentrés tels que l’Arsenal de l’Est, principal point d’ancrage des militaires français de Chine du Nord situé à environ cinq kilomètres à l’est de Tianjin. Il permet enfin de suivre leurs voyages et séjours dans d’autres villes parmi lesquelles Shanhaiguan, la « station balnéaire » privilégiée des militaires affectés en Chine du Nord, ou encore des destinations incontournables comme Beijing ou Shanghai.

 

L’œil de l’historien

La valorisation du fonds Bontemps nécessite une articulation entre le contexte diplomatique, politique et militaire général de l’époque et des fragments de « micro-histoire ». Elle reflète une part de l’histoire de Tianjin tout en engageant une étude sociale plus fine sur la vie quotidienne à l’intérieur et à l’extérieur des concessions étrangères de Chine.

L’exploration du fonds visuel nous invite ainsi à combiner plusieurs angles d’approche historiques avec d’abord une analyse spatiale tentant de relier les lieux visités à différentes échelles tout en restituant les circulations entre ces derniers.

A cette dernière se superpose une histoire sociale à l’échelle micro révélant le mode de vie, l’organisation de la communauté militaire française à Tianjin ainsi que ses rapports et interactions avec les autres nationalités tels qu’ils apparaissent sous l’objectif d’André Bontemps. Elle permet de sonder la réalité complexe de la vie quotidienne dans les concessions mêlant aussi bien parades militaires, cérémonies officielles que moments de loisir et de détente au champ de courses hippiques ou à la patinoire.

 

Remise de décoration par le Colonel Heutschell à André Bontemps, 14 juillet 1931 (prochainement en ligne sur Virtual Tianjin : ID 32683)

Remise de décoration par le Colonel Heutschell à André Bontemps, 14 juillet 1931. Prochainement en ligne sur Virtual Tianjin : ID 32683 ; Fonds Bontemps IHTP cote ARC 3022

 

Malgré des occupations et une sociabilité compartimentées, le fonds témoigne d’une forme de curiosité poussant l’officier français à capturer de courts instants du quotidien de quelques anonymes chinois. C’est cet œil ethnographique, par moments décentré de la sphère militaire française, qui le distingue en partie d’autres archives visuelles ou écrites de la même époque. Il permet de saisir quelques scènes de rue, des petits métiers, des enterrements et autres activités qui ont dû frapper le voyageur.

 

 Scène d’enterrement chinois, le blanc étant la couleur du deuil en Chine (prochainement en ligne sur Virtual Tianjin : ID 31536 - Fonds Bontemps IHTP cote 3022

Scène d’enterrement chinois, le blanc étant la couleur du deuil en Chine. Prochainement en ligne sur Virtual Tianjin : ID 31536 – Fonds Bontemps IHTP cote ARC 3022

 

Les photographies et films de Bontemps nous fournissent également un aperçu de certains événements historiques ayant eu une portée locale ou nationale. L’exploration du fonds doit ainsi tenter de connecter les échelles micro et macro pour une intégration de ce récit individuel dans le fil de la « grande Histoire ».

L’écriture du récit visuel cherche à poser des mots sur cette réalité complexe tout en laissant « s’exprimer » les éléments photographiques et filmiques d’eux-mêmes lorsqu’ils sont porteurs d’un sens que l’écrit ne suffit pas à retranscrire. Cette réflexion sur la manière dont on peut construire un récit visuel historique constitue la trame de fond de cette étude. Il s’agit de se demander, au-delà de l’usage illustratif traditionnel des éléments visuels dans la narration historique, comment ces derniers peuvent guider l’historien dans son interprétation du passé.

 

Au cœur de l’exploration et de la valorisation du fonds Bontemps : ressorts de l’analyse et perspectives de recherche

L’intégration et la valorisation du visuel dans l’analyse historique s’inscrivent dans la logique à l’origine du projet « Virtual Cities » mis en place par l’IAO. C’est dans cette optique et dans le cadre d’une collaboration IHTP/IAO que le fonds Bontemps contribue à enrichir la plateforme Virtual Tianjin  dont l’objectif est de collecter et rendre accessible tout élément visuel lié à l’histoire de la ville. Dans cette perspective, les photographies et films d’André Bontemps ont tous été déposés, identifiés et répertoriés sur la plateforme, pour l’instant en accès restreint en attente de la publication du dossier en cours d’élaboration (sur l’outil Scalar  qui lui sera consacré et qui sera accessible sur le site de l’IHTP.

 

Aperçu du dossier en cours d’élaboration sur la plateforme Scalar

Aperçu du dossier en cours d’élaboration sur la plateforme Scalar

 

La mise en ligne du dossier sous ce format numérique vise à inciter des chercheurs, des curieux et surtout des enfants ou petits-enfants de témoins de ce lieu et de cette époque à venir explorer et approfondir notre compréhension des fragments visuels laissés par André Bontemps.

 

Fleur Chabaille, doctorante contractuelle en histoire à l’Institut d’Asie orientale (École Normale Supérieure de Lyon/CNRS) et à l’Université Lumière Lyon 2.


Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *