L’édition critique de « La vie inimitable » : puiser au « trésor de guerre » de l’IHTP

La vie inimitable_cv130x210Le projet qui fait de moi un carnetier a été mené pour l’essentiel à l’Institut d’histoire du temps présent, de février 2012 à mars 2014. Après des recherches en archives pour en documenter auteur et protagonistes, c’est avec les collections de sa bibliothèque que j’ai préparé l’édition de La Vie inimitable. Dans les maquis du Trièves et du Vercors en 1943 et 1944.

Ce récit, par le résistant Yves Pérotin dit Pothier, des maquis auxquels il avait appartenu pendant la Deuxième Guerre mondiale, avait été rédigé en 1945. En entreprenant son édition critique avec l’aide de la bibliothèque de l’Institut, je demandai à celle-ci de me livrer ce qu’elle n’avait cessé d’accumuler depuis ses origines. La Résistance a été le domaine de prédilection du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale créé en 1948. Et l’Institut qui a pris la relève en 1981 lui a conservé sa place dans l’histoire de la guerre dont il a fait un de ses domaines de spécialisation.

La publication d’un texte ancien est une tâche particulière ; on n’édite pas un manuscrit comme on écrit une monographie. Il s’agit de rendre accessible un texte dont on n’est pas l’auteur et d’en faire sentir l’intérêt. Ceci m’a amenée à tirer parti de plusieurs façons de la bibliothèque de l’Institut.

D’abord, il a fallu puiser aux ouvrages généraux de la bibliothèque pour introduire à grands traits La Vie inimitable —  les évènements entourant ce récit, son ancrage régional, le genre des mémoires de résistants. Donnons quelques exemples.

Sur le régime de Vichy, j’ai la chance que le récent Que sais-je ? d’Henry Rousso ramasse des décennies de travaux, dont les siens, sur le tournant survenu entre 1942 et 1943 dans la guerre et l’Occupation. Mais sur l’occupation militaire et les politiques de répression, l’historiographie est plus dispersée entre volumes collectifs et actes de conférences, sans doute parce que les perspectives sont en train de se renouveler du fait qu’elles englobent l’Europe de l’Est et celle de l’Ouest. Heureusement, le catalogue de la bibliothèque m’a mise sur la piste de La répression en France, 1940-1945, Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu et Jean Quellien (dir.), ainsi que de La politique de maintien de l’ordre dans les pays occupés, Gaël Eissmann et Stefan Martens (dir.).

 Un des aspects les plus attrayants de la salle de consultation de la bibliothèque, ce sont les présentoirs qui tapissent ses murs, proposant les derniers numéros de dizaines et dizaines de revues consacrées à l’histoire contemporaine, le 20e siècle, la guerre. Je leur dois d’avoir découvert la revue Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire produit de la réflexion sur le sens de l’action militaire qui est menée, depuis une dizaine d’années, conjointement par des militaires et des civils — en particulier un numéro sur le côté hors de l’ordinaire de la vie en opération et les difficultés du combattant à « en revenir », selon le titre fort à propos de ce numéro. À d’autres moments, c’est d’articles au contraire anciens, parus dans des revues aujourd’hui disparues ou ayant changé de nom, dont j’ai eu besoin et que j’ai trouvés à la bibliothèque.

Pour situer La Vie inimitable parmi d’autres récits écrits comme lui au plus près des faits et par des maquisards du rang, j’ai cherché à en constituer un petit corpus. Or, que ce soit au sortir de la Deuxième Guerre mondiale ou récemment, ce sont souvent de petits éditeurs régionaux qui ont accepté de publier les mémoires de gens pour la plupart jeunes et sans notoriété. Quel bonheur, alors, de dénicher dans la bibliothèque deux auteurs qui usaient quasiment des mêmes mots que celui de La Vie inimitable pour dépeindre la vie hors de l’ordinaire de l’étrange armée de la montagne : les Scènes de la vie du maquis, publié après-guerre à compte d’auteur et tout juste réédité aux Éditions Lucien Souny dans la Haute-Vienne, et les Carnets rouges du maquis de Gleb Sirivine, publié seulement en 2008 par la maison d’édition provençale Parole !

LES MAQUIS DE LA VIE INIMITABLE août 1943 - août 1944 / Carte dressée par Anne Pérotin-Dumon. © IHTP-CNRS, 2014.

Les maquis de La vie inimitable, août 1943 – août 1944 /  Anne Pérotin-Dumon. © IHTP-CNRS, 2014.

Les maquis dessinent une histoire régionale de l’Occupation et, à bien des égards, La Vie inimitable est celle de maquis alpins. Il fallait donc expliquer qu’ils avaient démarré  sous l’occupation italienne  précédant celle de l’armée allemande, de novembre 1942 à septembre 1943. Il existe là-dessus un ensemble de travaux universitaires élaborés des deux côtés des Alpes comme ceux rassemblés dans Guerra e resistenza nelle regioni alpine occidentali : 1940-1945, par Ettore Passerin d’Entrèves. Ces travaux, je les ai bien entendu trouvés à l’Institut.

Mais sur l’encadrement des maquis alpins par des officiers de métier résistants ayant rejoint l’Armée secrète, la monographie consacrée à un chef légendaire de maquis savoyard, à elle seule, éclaire bien des choses. Les carnets du capitaine Bulle de Gil Emprin, paru à Annecy en 2002, montre en effet les liens qui unissent les chasseurs alpins aux montagnards et dont les officiers alpins résistants ont joué pour recruter des maquisards parmi les ex-conscrits ayant servi sous leur commandement. Autant dire, là encore, l’importance qu’aucun ouvrage n’échappe à la traque de sa bibliothèque, du moment qu’il entre dans le domaine de spécialisation de l’Institut.

Les notes de l’éditeur constituent  évidemment la charge de travail la plus conséquente . Des centaines de fois, il s’agit d’expliquer cette petite chose mentionnée par l’auteur au détour d’une page et aujourd’hui compréhensible des seuls spécialistes de la période. À vrai dire, beaucoup de notes demandent de parcelliser l’information déjà réunie pour rédiger l’introduction. D’autre part, sur d’innombrables faits — la pompe du gazogène permettant de faire marcher les véhicules au bois au lieu de l’essence, la gale qui tourmentait les maquisards mal nourris qui se lavaient peu, etc. — la toile fournit aujourd’hui le renseignement recherché.

Mais sur des questions comme la Garde et la législation qui la régissait en 1944 ? Je me souviens de celle-ci pour avoir buté sur elle un certain temps. Jusqu’à ce que je trouve à la bibliothèque les livres de Claude Cazals — en particulier La gendarmerie sous l’Occupation et La Garde sous Vichy qui m’ont apporté les explications voulues. Officier supérieur de gendarmerie, l’auteur a consacré sa retraite à la recherche historique. Il est l’exemple d’une veine fort utile de l’historiographie qui est également représentée à la bibliothèque de l’IHTP : les praticiens d’un métier qui en deviennent les historiens.

Les notes à mon sens les plus intéressantes sont celles qui établissent des recoupements entre La Vie inimitable et d’autres sources pour évaluer la fiabilité du témoignage historique apporté par l’auteur. Je mentionne cet exercice parce qu’il a beaucoup mis à contribution la bibliothèque de l’IHTP.

Un des premiers à avoir été écrit sur les maquis du Trièves et du Vercors, La Vie inimitable est un des derniers à être publiés. Entretemps, d’autres sont parus qui, avec les archives de la période de l’Occupation, sont à même de compléter, confirmer ou infirmer le dire de notre auteur. Procédant plus intuitivement que méthodiquement, j’ai pu effectuer ces recoupements avec maints témoignages trouvés à la bibliothèque — un livre best-seller sur le Vercors sorti en 1947, un article publié en 2012 dans le Pionnier du Vercors, les souvenirs d’un témoin parus en 2001, un article de la Revue historique de l’armée de 1972, etc. Si j’avais à donner un ordre de préférence aux possibilités offertes par la Bibliothèque, ces recoupements viendraient en tête.

Le travail d’identification et d’explication qu’exige une édition critique demeure souvent fastidieux, quelquefois il n’aboutit à rien. Heureusement, le fait de trouver à la bibliothèque de l’IHTP la presse clandestine de 1943-1944 ainsi que des ouvrages parus dès 1944-1945 a racheté ces moments d’ennui et de déconvenue. C’est par là que je voudrais conclure ce billet.

Parmi les numéros de Combat, il y avait bien celui du 25 septembre 1943 où l’auteur se souvenait avoir lu l’acte d’accusation par la Résistance du commissaire de la Sûreté qui l’avait arrêté en mars 1942 (avant le maquis). Et dans un autre carton, la Revue du monde libre aux format et caractères minuscules, parachutée en juillet 1944 sur le Vercors, dans laquelle l’auteur avait découvert les poèmes de Paul Éluard.

Reconnaissables à leur papier de guerre aujourd’hui jauni et friable, il y a aussi à la bibliothèque les quelques ouvrages parus sur le Vercors avant que La Vie inimitable soit achevé (décembre 1946) et cités par l’auteur : le Livre noir du Vercors et Romans l’année terrible qui ont fait connaître les violences commises dans le Vercors par l’occupant en juillet 1944 ; « 23 mois de vie clandestine », de l’abbé Pierre qui, avant son engagement caritatif bien connu après-guerre, avait organisé le deuxième maquis auquel l’auteur avait appartenu.

Si, tout au long de ces deux années, je suis constamment revenue à la Bibliothèque de l’Institut, c’est qu’elle a été, pour employer une expression anglo-saxonne, a safety net —ce « filet de sécurité » qui vous donne la confiance nécessaire pour reprendre la tâche chaque jour. Je savais que, selon les besoins du moment, je pourrais la solliciter sur l’histoire du conflit et de l’Occupation d’un point de vue aussi bien régional que national ou international, quels que soient la sensibilité ou le domaine traité par l’auteur.

En achevant ce billet, j’ai conscience d’accomplir un rite de sortie et de me retourner une dernière fois sur une aventure de deux années pendant lesquelles à intervalles réguliers, j’ai puisé au « trésor de guerre » de l’Institut.

Les deux années pendant lesquelles j’ai travaillé sur cette édition ont vu les collections de l’IHTP entreprendre leur déploiement dans le SUDOC, le grand catalogue collectif des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche, étape de l’installation à terme de l’Institut sur le Campus Condorcet. Souhaitons que les fonds qui confèrent à la bibliothèque l’IHTP ses lettres de noblesse – Occupation, régime de Vichy, Résistance – gardent un place de choix dans cette nouvelle configuration,

 Anne Pérotin-Dumon, juin 2014.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26/06/2014

    […] L’édition critique de La vie inimitable : puiser au « trésor de guerre » de l’IHTP : http://ihtpbibarch.hypotheses.org/291 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *