La bibliothèque de l’IHTP : un fonds incontournable pour l’historien de l’art contemporain

En quoi la bibliothèque de l’IHTP recèle-t-elle des richesses sur l’histoire du temps présent, susceptibles d’intéresser l’historien de l’art contemporain ? Bien sûr on vient ici trouver des éléments de contexte sur les rapports entre arts et sociétés, sur les conflits mondiaux et leur perception par les artistes mais pas seulement. On y trouve également des éléments d’information que l’on ne trouve pas dans une bibliothèque d’histoire de l’art classique. En interrogeant son catalogue, au mot-clé « exposition » on accède à 221 notices : catalogues, ouvrages et documents relatifs au montage des expositions, de format souvent modeste, et peu diffusés par ailleurs, suscitent l’intérêt :

http://opac.ihtp.cnrs.fr/cgi-bin/koha/opac-search.pl?idx=kw&q=exposition&sort_by=pubdate_asc&addto=

J’étais venue consulter quelques documents, relatifs à des passeurs, à des intermédiaires, qui établissent des liens, constituent une communication entre des artistes et des groupes. Ils  n’appartiennent ni aux grandes figures artistiques,  ni « au cortège des anonymes », comme l’écrit Laure Murat[1], mais ils ont promu l’art vivant, des années trente aux années quatre-vingt : souvent oubliés, qualifiés de personnages « seconds », ils, ou elles, jouent un rôle de passeur et leur histoire permet de revisiter l’histoire de l’art, l’histoire culturelle de leur époque.

Henri Laugier, 1888-1973 : un citoyen au service de la science et des droits de l'homme : [exposition itinérante], 1998-.... / Chantal Morelle, Jean-Louis Crémieux-Brilhac. - Paris : la Documentation française, 1998. B LAU(99)

Henri Laugier, 1888-1973 : un citoyen au service de la science et des droits de l’homme : [exposition itinérante], 1998-…. / Chantal Morelle, Jean-Louis Crémieux-Brilhac. – Paris : la Documentation française, 1998.
B LAU(99)

Tout d’abord cette brochure  éditée par la Documentation française, de 1998, rédigée en hommage à Henri Laugier (1888-1973), par l’association « Henri Laugier pour un monde plus humain ». Laugier est une grande figure scientifique, le premier directeur du CNRS en 1939, mais aussi  un grand militant anti-fasciste, résistant, présent à Alger en 1943, où il est nommé recteur de la première Université française libre, puis après-guerre représentant de la France au conseil exécutif de l’UNESCO jusqu’en 1959. Ami des savants (Joliot, Perrin) des politiques (Blum, Mendès) et des artistes d’avant-garde (Eluard, Breton, Picasso), il est également bien connu pour voir été le compagnon de Marie Cuttoli, collectionneuse et amatrice d’art, qui avant Jean Lurçat, redonne vie aux ateliers d’Aubusson.

 

Dans le cadre de ma thèse j’ai travaillé sur  un autre promoteur de  l’art vivant, François Mathey,  conservateur en chef du musée des Arts décoratifs, né à Ronchamp, en 1917: la bibliothèque dispose du catalogue de l’exposition « La Haute-Saône libérée, 1944-2004 », organisée par les archives départementales de la Haute-Saône. Le 25 septembre les Français reprennent l’offensive et libèrent en cinq jours Melisey, Ternuay, Fresse, Servance, Ronchamp, Clairegoutte  et Frédéric-Fontaine. Dans un coin de page, l’image émouvante, prise en octobre 1944, de la chapelle de Ronchamp fortement endommagée et qui sera remplacée par la chapelle construite par Le Corbusier à l’initiative d’une poignée de ses habitants, comme François Mathey et Lucien Ledeur. Elle sera bénie en 1955, en pleine querelle sur l’art sacré.

Photographier la guerre ? : Bosnie, Croatie, Kosovo / texte de Michel Butor ; photographies de Milomir Kovacevic, Gérard Rondeau, Albert Gusi... [et al.] ; sous la direction de Christian Caujolle . - Besançon Péronne : les Éd. de l'Imprimeur : Historial de la Grande guerre , impr. 2000 .  949.710 3 PHO(00)

Photographier la guerre ? : Bosnie, Croatie, Kosovo / texte de Michel Butor ; photographies de Milomir Kovacevic, Gérard Rondeau, Albert Gusi… [et al.] ; sous la direction de Christian Caujolle . – Besançon Péronne : les Éd. de l’Imprimeur : Historial de la Grande guerre , impr. 2000 .949.710 3 PHO(00) 

 

La photographie peut être à la fois un témoignage historique des guerres du XXe siècle et un art. En 2000, paraît «  Photographier la guerre ? »,  de Christian Caujolle, avec des textes de Michel Butor. Le catalogue contient les photographies d’Albert Gusi, né  en 1970 à Barcelone, qui réalise sur Srebrenica (1995-1996) un travail qui se veut homothétique de celui de Picasso avec Guernica,  comparant  le raid de la légion Condor en Espagne en 1937,  à la destruction provoquée par les forces militaires sur Srebrenica : même paroxysme de la douleur et  du désespoir.

Autre ouvrage découvert à la bibliothèque : le catalogue Signes de la collaboration et de la Résistance, édité en 2000  par la revue Autrement. Organisée par l’école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg du 8 au 15 mars 2000, dans les salles célèbres de l’Aubette (décorées en 1928 par  Arp, son épouse Sophie Taeuber et Theo Von Doesburg), l’exposition est le fruit d’un projet pédagogique qui développe une interrogation fondamentale sur les enjeux idéologiques du graphisme, de ses rapports avec la propagande. Le combat des signes est un « enjeu majeur de la guerre ». Affiches, premières signalisation marquant l’Occupation, lacérations et graffitis  en forme de « V » de la victoire,  ou de croix de Lorraine jusqu’aux affichettes de la propagande de la révolution nationale, c’est tout un univers visuel qui réapparaît, des images oubliées qui ont marqué la génération de la guerre et ses enfants.

Les discussions que l’historien de l’art peut ensuite mener sur ses trouvailles avec l’équipe de l’IHTP (bibliothécaires, chercheurs et doctorants), lui apportent une « valeur ajoutée » indéniable car il bénéficie là d’une mise en perspective différente de son matériel d’études habituel.

Brigitte Gilardet –  Docteure en histoire de l’art contemporain, post-doctorante associée à l’IHTP

 


[1] Voir l’introduction, Laure Murat, Passage de l’Odéon, Sylvia Beach, Adrienne Monnier et la vie littéraire dans l’entre-deux-guerres, Paris : Fayard, 2005.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *