11 novembre 1943 – Oyonnax : Traces d’une action de résistance


Retour sur l’histoire d’un fonds d’archives de l’IHTP.

 

Ces photos de « l’occupation d’Oyonnax par les hommes du maquis, le 11 novembre 1943 » proviennent du « fonds Morin-Forestier » (cote ARC 078)[1], versé à l’IHTP sous forme de don, par sa famille, en 1982. Elles voisinent, sans lien apparent direct, avec les papiers de François Morin[2] dit « Forestier », délégué du Comité Exécutif de la Résistance à Londres, qui sont composés principalement de notes et correspondance, de rapports transmis par les mouvements de résistance à la Délégation de Londres ainsi que les textes de ses conférences et ses articles écrits à Londres de 1943 à 1944.

Mais pourquoi ces treize photos[3] si emblématiques se retrouvent-elles au milieu de cette série de rapports représentant des centaines de pages dactylographiées, aux caractères serrés, sur papier pelure d’une extrême finesse ?  Elles portent toutes, au dos, la même mention : Office français d’information cinématographique (c’est-à-dire l’Agence officielle de la France Combattante) –  « La reproduction de cette photo est entièrement gratuite et libre de tous droits ». Est également collé, au dos de chaque photo, un petit billet (identique pour chacune d’entre elles) dactylographié sur papier pelure, relatant le défilé.

L’auteur de ces photographies est vraisemblablement d’André Jacquelin[4], résistant des maquis de l’Ain et du Haut-Jura, responsable du journal clandestin Bir-Hakeim, dans lequel seront publiées, en décembre 1943, le récit et des photos du 11 novembre 1943 : « À Oyonnax, le 11 novembre, les gars du maquis ont rendu hommage à leurs aînés » [5]. D’autres titres de la presse clandestine feront aussi écho de cet acte d’héroïsme : le Faux Nouvelliste de Lyon, du vendredi 31 décembre 1943[6], sous le titre «  Oyonnax a fêté avec enthousiasme l’anniversaire de la Victoire » ; ou encore Combat, édition spéciale de novembre ou décembre 1943 (PR C 6).

 

Que montrent ces photographies ?

Ces treize photographies issues des collections de l’IHTP et exposées sur le Musée de la Résistance en ligne permettent de revenir sur l’événement lui-même. Patrick Veyret présente d’abord ce défilé du 11 novembre 1943 à Oyonnax comme le résultat du processus d’unifications de l’Armée secrète (AS) et des maquis de l’Ain sous le commandement du colonel Romans-Petit. C’est ensuite, pour lui, la matérialisation d’une longue préparation, car il s’agissait somme toute de s’assurer du contrôle d’une ville dans la France occupée, mais aussi d’une organisation importante qui devait permettre d’équiper une compagnie de cent vingt hommes à qui il fallait apprendre les rudiments de l’art de défiler, ce qui a demandé du temps et de la pratique.

Le 11 novembre 1943, dans la ville d’Oyonnax, un premier groupe d’une trentaine d’hommes est arrivé à 11 h 50 sur la place de la poste :

« Blouson de cuir, culotte verte, ceinture et béret, on les prendrait pour des jeunes des ‘‘Chantiers’’ si à leurs poings ne brillaient des armes automatiques, et si leurs brassards tricolores n’étaient écussonnés de la croix de Lorraine.

– N… de D… s’écrient des miliciens, spectateurs de cette arrivée, ce sont les ‘‘maquis’’ ! f…tons le camp ! »

Tout semble indiquer que c’est sous la forme d’une opération commando que les hommes de Romans-Petit se sont assurés de la sécurité du lieu. Ceci fait, des camions amènent le contingent principal qui, une fois débarqué, s’organise de façon à marcher telle une unité militaire. On retrouve en tête les officiers portant leurs décorations sur l’uniforme. Ils sont suivis du drapeau et de sa garde, et enfin par la troupe qui avance en rang serré sous les yeux des habitants de la ville venue voir la parade.

Le défilé se dirige vers le monument aux morts d’Oyonnax auprès duquel vont s’installer le drapeau et la garde et face à eux les officiers qui doivent déposer une gerbe dont le bandeau porte l’indication « les vainqueurs de demain aux vainqueurs de 1914-1918 ». La sonnerie aux Morts est alors interprétée pour laisser place à une minute de recueillement que vient clore La Marseillaise. Les camions qui se sont rapprochés de la scène principale permettent alors une levée rapide de l’ensemble du dispositif.

La présence du photographe et de la caméra de cinéma pour conserver une trace argentique de l’événement nous renseigne sur la détermination des organisateurs de faire connaître cette action. Il s’agit donc de comprendre cet événement non seulement comme un coup force, mais aussi comme la volonté d’affirmer que la résistance s’approprie ce jour du 11 novembre et se place dans une relation symbolique forte avec les hommes qui ont fait le sacrifice de leur vie pendant la Première Guerre mondiale ; on peut ainsi voir cette aventure comme une reprise en main de l’espace civique pour un temps donné, et par ailleurs pour marquer fortement les esprits. Il faut ainsi rappeler que l’année précédente, l’armée d’occupation franchissait la ligne de démarcation, le 11 novembre 1942 : en 1943, le 11 novembre devait être celui des résistants.

Dès 1943, l’événement est évoqué dans la presse clandestine telle que Bir-Hakeim et Combat, mais aussi à l’occasion de la diffusion d’une fausse édition du Nouvelliste de Lyon. Enfin, le 9 février 1944, l’émission « Les Français parlent au Français » rend compte de l’événement à 21 h 45 :

« Pendant une heure, en plein midi, les patriotes du maquis, en plein accord d’action avec toutes les forces de la résistance se sont rendus maîtres, entièrement maîtres d’une ville de douze mille habitants. Telle est l’information incroyable qui nous parvient de France. Vous voulez des précisions, les voici :  date : le 11 novembre 1943. Lieu : la ville d’Oyonnax, dans le département de l’Ain. Nous avons reçu un numéro spécial du journal clandestin ‘Combat’, numéro entièrement consacré à la brillante opération d’Oyonnax. Il n’y a pas un mot à ajouter au récit que donne ‘Combat’ ».

Le 11 novembre 2013, de nombreuses initiatives célèbrent le soixante-dixième anniversaire de cet événement. Une reconstitution est programmée par la commune d’Oyonnax, une cérémonie nationale est évoquée au calendrier de l’Élysée, une exposition virtuelle a été organisée par la Fondation de la Résistance.

Vincent Auzas, doctorant associé, IHTP

Anne-Marie Pathé, responsable des archives de l’IHTP

Anne Pérotin-Dumon, chercheure associée à l’IHTP

Ressources disponibles à l’IHTP

Combat édition spéciale [novembre ou décembre 1943] : « Pour célébrer l’anniversaire de l’Armistice de 1918. La résistance s’est emparée d’une ville le 11 novembre » (PR C 6)

– Faux Nouvelliste de Lyon, du vendredi 31 décembre 1943, édition de 5 heures du matin (PRC 73)

– Le fonds Morin-Forestier (ARC 078)

Internés, déportés, fusillés, victimes civiles de l’Ain / carte établie par M. Gagnieux ; Comité d’Histoire de la 2e Guerre Mondiale, 1976 (CAR D 01)

– BBC French Scripts « juin 1940-septembre 1944 » (archives sur microfilms B  50 – B 101)

– Traces de Résistance, Fondation de la Résistance, Paris, 2011  – article « 11 novembre 1943 » – (R 6438)

– Patrick Veyret, Histoire de la Résistance armée dans l’Ain. Enjeux stratégiques et services secrets, Editions La Taillanderie, 1999 (RF 878)

– François Marco, La Résistance dans le Jura, Editions Cêtre, 1985 (R 3692)

 

 

 


[1] Les inventaires des archives de l’IHTP sont accessibles en ligne : catalogue informatisé de la bibliothèque : www.opac.ihtp.cnrs.fr.

[2] François Morin, 1910-1980, polytechnicien. Il fut un des dirigeants du mouvement de Résistance Combat, en zone nord, dès la fin de 1940, puis premier chef d’état-major de l’Armée Secrète, principalement à Lyon. A Londres, il dirigera, de 1943 à 1944,   la « Délégation des mouvements de Résistance »

 

[3] Un autre corpus de photographies est lui aussi conservé dans ce fonds. Il s’agit de 25 photos sur la « Destruction du parc d’artillerie de Grenoble 13/14 novembre 1943 »

[4] André Jacquelin (1898- ?), résistant des maquis de l’Ain et du Haut-Jura. Fondateur (en mars 1943) et rédacteur en chef du journal clandestin Bir–Hakeim

[6]  – cote IHTP PRC 73 –


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *