La bibliothèque de l’IHTP, comme un roman…

La bibliothèque de l’IHTP ? d’abord on la visite – en bon nouvel arrivant.

C’est le Directeur de l’unité qui vous fait accéder aux trésors qu’elle renferme. Et inévitablement on tombe sur des merveilles du passé, on passe la main sur les vieux documents, on effleure du bout des doigts le grain du vieux papier, on s’extasie naïvement, on voudrait bien en lire des morceaux de ces vieilles correspondances qu’on croise. Hé… mais c’est la Semaine de Suzette là-bas dans les rayonnages ! et aussi des BD de tintin ! tu sais, les vieilles, avec la couverture cartonnée et du tissu sur la tranche. Et on s’imagine assis là, au milieu des bouquins, à feuilleter ceux qui nous parlent. Elle est vraiment chouette la bibliothèque !

Mais rapidement on perd toute candeur. Ça devient une vraie nébuleuse cette bibliothèque !  Fini les vieilles correspondances jaunies, place au SIGB, au Sudoc, à l’exemplarisation. Et y a aussi le catalogage, la mise à niveau du traitement documentaire, le format des données numériques, les problèmes de conservation etc. On n’y comprend plus grand-chose à la bibliothèque !

Le pire… c’est quand la Bibliothécaire vient vous parler de la bibliothèque. La Bibliothécaire ? Elle parle des livres avec les lecteurs et avec les chercheurs. Ça oui. A la Secrétaire Générale, elle lui dit traçabilité des collections, préparation du déménagement des collections à Condorcet, elle lui parle de retro-conversion, de politique d’acquisition des ouvrages, de traitement documentaire. Et elle a besoin de beaucoup d’argent la Bibliothécaire pour prendre soin de la bibliothèque. Et la Secrétaire Générale, elle n’aime pas beaucoup ceux qui veulent les sous que le labo n’a pas. Mais comme la Bibliothécaire, c’est quelqu’un d’extraordinaire, elle parle aussi d’appel d’offre pour récupérer des fonds, elle parle intégration au SUDOC, elle parle candidature au programme P.e.r.s.é.e (et ça c’est même pas le célèbre héros grec), elle parle programmation pluri-annuelle, elle parle conduite de projet. Elle sait où elle va la Bibliothécaire !

Quand l’Archiviste vient vous parler des archives, elle vous parle convention de don, politique de conservation pérenne des fonds, donateurs et donatrices, elle vous dit partenariat avec des Institutions prestigieuses comme les Archives nationales ou la BNF, et elle vous parle aussi parfois du prestataire des abonnements qui l’embête. Mais l’Archiviste elle parle encore plus de la valorisation des archives, elle vous raconte tous les projets fabuleux qui ont vu ou sont en train de voir le jour grâce aux fonds de la Bibliothèque, et elle dit tout ça avec des yeux qui pétillent et qui s’enthousiasment, alors ça compense largement les tracasseries administratives des conventions de don d’archive, je trouve.

Tout doucement, la bibliothèque devient un petit monstre dont il faut prendre soin et qu’il faut valoriser. Un objet de toutes les attentions et de toutes les tendresses.

Et puis, ensuite, après, on commence à comprendre la relation particulière qu’entretiennent les chercheurs et les ingénieurs avec la bibliothèque, et la relation particulière qu’entretient la bibliothèque avec ses chercheurs, ses ingénieurs et ses lecteurs. Et l’un ne va pas sans l’autre. Toujours ils cheminent ensemble, ils se nourrissent l’un l’autre, ils n’existent pas l’un sans l’autre.

Quand on arrive, on ne la mesure pas tout de suite cette relation essentielle. On ne comprend que très lentement que la bibliothèque s’enrichit de fonds d’archive grâce aux recherches menées (souvent sur le terrain mais pas uniquement) par ses chercheurs et par ses ingénieurs. On ne comprend que très lentement, qu’inversement, nombre de recherches sont souvent rendues possibles grâce à la bibliothèque, à ses archives, à ses richesses. Bibliothèque et Chercheurs entrent en synergie. Ils se nourrissent l’un l’autre. La bibliothèque, bien sûr, elle s’ancre dans le présent, elle suit le cours des recherches actuelles, mais elle se laisse guider aussi, par ses chercheurs, par ses ingénieurs ; elle s’enrichit aussi au gré des projets de recherche menés. Bibliothèque et chercheurs  et ingénieurs cheminent ensemble.

La bibliothèque, c’est le Responsable des ressources audio-visuelles qui rassemble et met à disposition et travaille sur du matériau audio-visuel ou qui apporte son expertise. Ce sont les yeux des chercheurs ou des ingénieurs qui brillent quand ils ramènent des archives de leurs « pays » lointains ou proches ou de la ligne de métro d’à côté. Ce sont les doctorants et les post-doctorants et les chercheurs étrangers, qui viennent, parfois de très loin, consulter les archives qui leurs permettront d’avancer dans leurs recherches. La bibliothèque, c’est chaque lecteur du quotidien qui vient prendre ce que la bibliothèque lui offre et lui donner son temps, ses envies, ses recherches, lui confier ses espoirs et sa propre histoire. La bibliothèque est un tissu vivant qui fédère, qui rassemble, de laquelle partent les projets, à laquelle aboutissent les projets.

La bibliothèque, l’enfant terrible de l’IHTP.

Morgane Jouve

Secrétaire Générale de l’IHTP 2011-2013


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie Mourdie-Landec dit :

    C’est une belle vision d’une bibliothèque spécialisée… Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *